le chantier

Bassin de Poivre Rouge : traiter les eaux goutte que goutte

← retour

Au-delà de l’amélioration des conditions de circulation des usagers, l’aménagement du nouvel échangeur de Chambéry va également permettre d’améliorer significativement la gestion des eaux. Ainsi, c’est tout son savoir-faire environnemental qu’AREA met au service de la préservation de la ressource en eau. Le bassin de Poivre Rouge est l’illustration de cette volonté.

Un ouvrage remarquable et qui ne se verra pas

Les habitués de la VRU ont pu suivre progressivement la construction de cet ouvrage de 74 mètres de long situé au bord de la VRU au niveau de la future bretelle d’accès à l’A41 vers Annecy.

Cet ouvrage est réalisé en deux parties. Une première partie, enterrée accueillera le bassin de récupération des eaux. La seconde partie, en surface, composée d’un caisson vide permettra le passage de la future bretelle d’accès à l’A41. Les automobilistes circuleront donc sur un ouvrage de récupération des eaux sans le savoir.

Une paroi étanche a d’abord été réalisée pour permettre de creuser dans un sol gorgé d’eau, puis de réaliser le fond et les parois du futur bassin en béton. 

Le bassin de Poivre Rouge n’est pas un simple ouvrage de récupération et de stockage des eaux, il répond à plusieurs objectifs.

Objectif n° 1 : séparer les eaux

Jusqu’à présent, les eaux de ruissellement des chaussées de la VRU et de l’autoroute étaient rejetées directement dans le milieu naturel. En cas de fortes précipitations, il n’y avait donc aucune régulation et d’importantes quantités d’eau se retrouvaient brusquement lâchées dans le milieu naturel. Aucun procédé de dépollution n’intervenait : des eaux potentiellement chargées en résidus d’hydrocarbures ou en métaux lourds se déversaient sur les terres adjacentes. Pour remédier à cette situation délicate, AREA a mis en place un système de collecte différencié : les eaux de ruissellement des chaussées seront ainsi collectées longitudinalement pour être ensuite acheminées vers ce bassin multifonction. Les eaux des bassins naturels n’y seront pas mélangées.

Objectif n° 2 : réguler et dépolluer

Le bassin de Poivre Rouge, tout comme les autres bassins réalisés dans le secteur, va stocker les eaux de ruissellement pour réguler le débit de rejet en milieu naturel et équilibrer les apports en eau dans le milieu. Il va également permettre de traiter les pollutions chroniques en séparant les eaux claires des hydrocarbures et des particules en suspension, qui deviendront des boues ensuite traitées en filière spécialisée.

En cas de pollution accidentelle (produits dangereux déversés sur l’autoroute…), les eaux collectées seront piégées dans le bassin par fermeture de la vanne de sortie. Elles y seront ainsi stockées jusqu’à l’intervention d’une entreprise spécialisée qui viendra les pomper et les évacuer vers un centre de gestion des déchets.

Préserver le milieu naturel dans lequel s’intègre l’autoroute, est un des enjeux de l’aménagement de l’échangeur de Chambéry Nord, notamment au niveau de la protection des milieux aquatiques et de la ressource en eau.