le chantier

Les femmes et les hommes du chantier

← retour

Marie Leray, ingénieure travaux NGE Fondations, spécialiste fondations spéciales et pieux

Quel est votre rôle sur le chantier du nouvel échangeur de Chambéry-Nord ?

Je suis ingénieure travaux pour NGE fondations en charge de la partie « pieux » des ouvrages d’art sur la Leysse. Concrètement, cela veut dire, qu’avec mon équipe, nous gérons l’intégralité des fondations spéciales – ici, des pieux tarière creuse qui vont servir de fondations au nouveau pont sur la Leysse.

Sur cette mission, nous avons d’abord dimensionné les pieux avec notre bureau d’études interne puis préparer et réaliser le chantier jusqu’à la réception des pieux par le génie civiliste (NGE GC) qui va continuer la construction de l’ouvrage sur nos fondations. Le rôle de l’ingénieur travaux consiste à coordonner tout le chantier, des études jusqu’à la réalisation et la livraison au client. L’aspect sécurité du chantier et le respect des engagements qualité font également partie des missions du conducteur de travaux.

Pour ces ouvrages sur la Leysse, comment travaillez-vous ?

Cela a commencé par les études, comme habituellement sur ce type d’opération. Il s’agit de dimensionner les pieux et de voir quelles sont les meilleures solutions techniques. Chaque chantier est particulier et nécessite de proposer le moyen technique adapté : ici, pour les ouvrages définitifs sur la Leysse, nous avons défini 32 pieux de 920 mm de diamètre et 18 mètres de profondeur armés sur toute leur hauteur.

Ensuite, nous coordonnons notre arrivée avec les autres acteurs du chantier : le terrassier Guintoli qui nous prépare les plateformes et les accès ; les autres équipes NGE FONDATIONS comme celle chargée des palplanches qui nous permettent de forer au plus proche de la rivière ; les fournisseurs de béton et d’armatures…

Enfin, nous accueillons nos équipes sur le chantier et sommes présents au quotidien pour pallier les imprévus et assurer le bon déroulement de l’exécution.

Pour l’ouvrage d’art de la Leysse, nous sommes intervenus entre décembre 2020 et janvier 2021 pour la réalisation des pieux de l’ouvrage provisoire et de la partie nord de l’ouvrage définitif (aujourd’hui en circulation) et d’octobre à novembre de cette année pour les pieux de la partie sud de l’ouvrage définitif. Nous intervenons avec une équipe de 6 personnes sur site.

Quelles sont les particularités de ce chantier pour vous et votre entreprise ?

Pour la partie « Pieux » dont je m’occupe, chaque chantier est particulier, comme je vous le disais. Ici, nous avions plusieurs points à prendre en compte.

L’intervention se fait sur un cours d’eau ; il est indispensable de protéger la ressource en eau et de veiller à ne pas abîmer le lit de la rivière lors de nos forages. Nous réalisons un espace confiné autour des pieux avec un système de « big bag » ou de blocs béton qui nous permet de contenir les déblais de forage avant de les évacuer par camions.

Nous étions à proximité de l’ouvrage existant sous circulation. Afin d’éviter toutes projections sur les voies, nous avons mis en place des sécurités supplémentaires sur les conduites injectant le béton.

Enfin, l’avenue verte passe dans la zone de chantier ; l’objectif était de la garder le maximum de temps ouverte aux circulations cyclables malgré les interventions. Nous avons tout fait pour limiter les temps de fermeture nécessaires tout en garantissant la sécurité des usagers et du chantier.

Comment devient-on ingénieure travaux principale spécialisée dans les pieux ?

Pour ma part, j’ai fait l’École Nationale Supérieur de Géologie de Nancy, spécialité géotechnique pour devenir ingénieure. Je me suis spécialisée dans les travaux géotechniques et plus spécifiquement dans les pieux et soutènement. La participation à la réalisation d’ouvrages techniques correspondait à ce que je voulais voir et faire concrètement sur le terrain. Je suis même allée travailler dans le secteur des fondations spéciales à Christchurch en Nouvelle-Zélande, dans une zone sismique particulièrement sensible. De retour en France, j’ai intégré le groupe Dacquin comme Ingénieure travaux en charge des chantiers de pieux tarière creuse et paroi de pieux ; devenu NGE Fondations depuis 2018. Je suis basée désormais à Saint-Priest dans le Rhône. En tant qu’ingénieure travaux principale, je m’occupe de projets sur l’ensemble du secteur Auvergne Rhône Alpes.

Et ce qui vous plaît dans ce métier ?

La première chose, c’est la diversité : la diversité des projets d’abord – (La Leysse à Chambéry ou le passage « grande faune » à Sampans sur l’A36 pour citer un autre projet avec AREA) – mais aussi la diversité des rencontres et des missions.

Chaque opération apporte son lot de surprises et de solutions à trouver, que ce soit pour les pieux eux-mêmes ou la façon de mener le chantier. Je me sens au cœur de la réalisation : les pieux doivent prendre en compte toutes les caractéristiques techniques de l’ouvrage, des informations géologiques jusqu’aux paramètres des structures… Cela amène aussi à côtoyer, échanger et se coordonner avec de multiples acteurs et professionnels : les clients, les chefs de chantier, les opérateurs de terrain, les chargés d’études, les fournisseurs, les contrôleurs… Mon rôle d’ingénieure travaux me place comme un véritable « chef d’orchestre » qui met en musique les demandes du client, les études, les équipes de terrain, les méthodes… Que demander de plus !