cadre de vie

Marais de Boige : Œuvrer pour la biodiversité

À La Ravoire, AREA mène une opération de restauration et de préservation des milieux naturels dans le cadre des mesures de compensation du chantier d’aménagement de l’échangeur de Chambéry-Nord. En trois questions, François Pich, responsable environnement pour AREA, fait le point sur cette face moins connue du chantier.

En quoi consistent les travaux menés à La Ravoire dans le marais de Boige ?

Concrètement, il y a plusieurs années, le marais de Boige avait été dégradé sur la commune de La Ravoire, notamment par des dépôts de matériaux inertes, sans doute issus de chantiers de démolition. Les travaux que AREA a effectués en 2021 consistent à rétablir cette zone humide et à en faire un lieu d’habitat et d’accueil plus favorable pour la faune et la flore adaptées à ce type de marais.

Nous avons donc effectué des travaux de terrassement et évacué les remblais pour rétablir l’alimentation en eau du site et restaurer le marais. Nous avons aussi éliminé les espèces végétales envahissantes, comme la Renouée asiatique, et planté d’autres végétaux plus adaptés pour favoriser la biodiversité du marais. Pour la maîtrise d’œuvre de l’ensemble de ces interventions, nous avons fait appel au bureau d’études TEREO, excellent connaisseur à la fois du contexte local et de ce type de travaux de restauration. TEREO nous a aidé pour sélectionner un groupement d’entreprises spécialisées pour assurer l’exécution des travaux.

Terrassement - Marais de Boige

Travaux de terrassement et évacuation des remblais

Comment AREA va-t-il gérer ce site après ces interventions ?

Au-delà des travaux réalisés, les objectifs pour la biodiversité s’inscrivent dans le long terme. AREA est responsable du site pour les prochaines années. Mais, nous ne sommes pas un organisme spécialisé dans la gestion des milieux naturels. Par conséquent nous avons confié le suivi et l’entretien du site à deux organismes partenaires : le Conservatoire des Espaces Naturels de Savoie (CEN Savoie) et le CISALB (Comité intercommunautaire pour l’assainissement du lac du Bourget). Nous venons ainsi de signer une convention de partenariat avec ces deux organismes concrétisant notre engagement commun jusqu’en 2036, date actuelle de la fin de concession AREA.

Les travaux d’entretien qu’ils auront à effectuer sur le marais de Boige sont, par exemple, des actions de fauche régulières pour éviter un développement trop important de la végétation arbustive et boisée et la fermeture du milieu. Chaque année, un rapport de restitution sera remis à AREA pour suivre l’évolution des mesures de compensation et éventuellement apporter des ajustements, pour favoriser la richesse biologique du marais.

Pourquoi AREA est-il intervenu sur ce marais de Boige ?

Comme pour tout aménagement que nous menons, le nouvel échangeur de Chambéry-Nord a des impacts sur le milieu naturel, la faune et la flore, notamment sur certaines espèces protégées. Nous nous devons et nous tenons à compenser ces impacts, pour au bilan final, éviter toute perte de biodiversité.

Nous identifions alors des milieux à proximité qui pourraient être restaurés et qui permettraient à la faune et la flore touchées par l’aménagement autoroutier de trouver un nouvel espace de vie. Avec le marais de Boige, nous avions une zone humide dégradée située à quelques kilomètres de l’aménagement de l’échangeur. Restaurée, elle va être favorable au développement de milieux naturels équivalents à ceux impactés par les travaux. Le hérisson d’Europe, l’écureuil roux, le muscardin, la chauve-souris, le triton alpestre, la couleuvre verte et jaune ou encore le Martin Pécheur d’Europe – pour n’en citer que quelques-unes – devraient pouvoir trouver dans le marais de Boige un espace de vie favorable et une biodiversité renforcée. AREA fera réaliser évidemment des inventaires des espèces et des suivis du développement de cette zone humide pour vérifier que les mesures mises en œuvre portent leurs fruits.

Photo prise en fin de travaux : le marais est restauré mais la reprise de la végétation n’est pas encore démarrée.

Plus d'actualités

au quotidien

Limiter le développement des plantes invasives

Célina Brajon est cheffe de projet Environnement chez AMETEN, bureau d’études en environnement. Dans le cadre de l’aménagement de l’échangeur…

le chantier

Une barrière de péage plus sécurisée

« Nous avions plusieurs problématiques au niveau de cette barrière de péage pleine voie », explique Sandra Quivet, responsable d’opérations pour AREA. « Nous…

a43.aprr.com

NOUVEL ÉCHANGEUR A43

Retrouvez sur ce site l'ensemble des informations sur le projet d’aménagement de l’échangeur de Chambéry de l'autoroute A43.